Les Tard-venus

Reconstitution

Le Poitou, la Saintonge et l’Aunis ont un riche patrimoine médiéval. Ces contrées furent terres d’âpres enjeux et théâtre de sièges et combats multiples entre France et Angleterre. Le XIVe siècle et la guerre de Cent Ans ont notamment vu s’y dérouler des phases importantes, ne serait-ce qu’à travers la grande chevauchée du Prince Noir en 1356.

Mais ce patrimoine dense et varié n’est que peu mis en valeur. C’est pourquoi des passionnés de la reconstitution médiévale se sont réunis au sein de l’association Les Tard-venus afin de promouvoir cette richesse historique auprès des collectivités et du public. Elle propose des prestations à travers un camp militaire de routiers accompagnés d’artisans, d’artistes, de ribauds et de ribaudes.

Qui sont les Tard-venus ?

Après le traité de Brétigny (mai 1360, confirmé à Calais en octobre de cette même année), nombre de soldats se sont trouvés licenciés des armées des différents belligérants, privés ainsi de ressources. Si une bonne part accepta de ranger les armes et de rentrer chez soi, d’autres parmi ces soudoyers, ne sachant que faire la guerre et ayant pris l’habitude de cette vie choisirent le chemin de l’aventure et se dotèrent de chefs parmi les plus capables, ou encore les plus charismatiques, capitaines qui seraient à même de leur trouver des contrats, des embauches à la solde de barons ou de princes. Il va sans dire que lorsque l’embauche n’était pas au rendez-vous, on allait chercher les ressources ailleurs, à travers les rapines et le pillage…

Ces troupes qui constituent les Tard-venus, nombreuses mais aux effectifs inégaux (on pouvait aller de 15 hommes jusqu’aux 2 000 soudards de la margote de Seguin de Badefol) allaient donc mener une vie d'aventure, consentie dans le libre choix d'appartenir ou non à une route et à associer son destin avec les autres routiers sous la conduite d'un chef choisi non pour sa naissance, mais pour ses capacités à commander et surtout à trouver des engagements rémunérateurs auprès de princes ou de barons.

Pourquoi ce choix des Tard-venus ?

Les Tard-venus constituaient une micro-société qui se plaçait totalement en marge de la société féodo-vassalique de l'époque, avec tout ce que peux comporter une société d'hommes et de femmes qui ont lié leurs destins les uns aux autres. Elle possèdait ses codes, ses lois propres. outre les guerriers, on y trouvait tous les corps de métiers nécessaires à une vie sociale : mires (médecins), barbiers et autres chirurgiens, apothicaires, herboristes, charrons et forgerons, bouchers, lavandières, cuisiniers, trouvères et autres artistes de la grande ribaudaille, filles follieuses…

Notre idée de reconstituer un tel camp entre pleinement dans un cadre assez global de l'histoire et de la société du XIVe siècle, bien qu’il s’agisse d’un phénomène particulier et assez limité dans le temps. Cette richesse du Moyen Âge, cette passion, nous voulons la faire partager au public, aux autres passionnés qui nous rejoindront et continuer de grandir avec leur savoir, leurs talents et leurs idées.

Il est également important de préciser que le choix de reconstituer ce phénomène des Tard-venus n'engage en rien notre sens moral. Car, comme on le sait, les Tard-venus vivaient de pillage et de rapines. Il ne s'agit pas de faire l'apologie de ce qui peut être considéré comme une immoralité, mais de mettre en exergue un phénomène marquant de la seconde moitié du XIVe siècle.

Dernière mise à jour : 19/02/2015

Contact

Adresse

23 rue de la Rémondière
79370 Fressines
France